Vous êtes un contribuable métropolitain assujetti à l’impôt sur le revenu et souhaitez lisser votre charge fiscale via l’immobilier ? Vous avez le choix entre la loi Pinel outremer et la loi Girardin location. Le bon choix du bien s’impose, quel que soit le dispositif choisi.

Loi Girardin location : investir dans le secteur libre ou dans le secteur intermédiaire ?

Avant tout, il vous est possible d’opter pour un bien neuf tout comme pour un bien d’occasion, mais qui fera l’objet de travaux de rénovation par vos soins. Si vous visez une réduction d’impôts conséquente, vous devez focaliser votre choix selon que votre placement porte sur le secteur libre ou le secteur intermédiaire.

Par exemple, vous pouvez défiscaliser jusqu’à 38% dans le secteur intermédiaire si le bien immobilier a été construit avant 2011, contre 30% pour les mêmes conditions, si le bien est situé dans un secteur libre. La défiscalisation minimale est de 22%, pour un bien dont le permis de construire a été délivré en 2011. Attention, si ce dernier a été émis après 2011, il ne vous sera pas possible de défiscaliser sous ce dispositif.

Afin de booster le montant de votre défiscalisation, vous pouvez choisir un bien localisé dans les zones urbaines sensibles.

Si vous revêtez un statut de travailleur non salarié et que vous payez l’impôt sur les sociétés, vous pouvez investir en Girardin IS. Découvrir tous les avantages et les risques sur la loi girardin avec le groupe profina.

Loi Pinel outremer : investir dans le neuf ou dans l’ancien ?

En investissant en loi Pinel outremer, peu importe l’emplacement du bien, dans la mesure où celui-ci est neuf. Toutefois, vous pouvez doubler votre réduction d’impôts en optant pour un bien ancien : vous bénéficiez non seulement de la défiscalisation sous le Pinel classique, mais aussi de la possibilité de déduire de votre imposition le déficit foncier généré.